Globus

développement scientifique du cabinet de gravure sur cuivre

Avec ses dessins à la main et ses graphiques imprimés 20.000, la collection graphique du Landesmuseum Hannover fournit un excellent aperçu des nombreux événements de l’histoire de l’art européen de la fin du Moyen Âge au début du 20. Siècle.

Des centaines d'œuvres de Dürer, dont le célèbre Hieronymus dans l'affaire, de nombreux dessins italiens, dont un croquis du cercle de Léonard de Vinci, des centaines d'œuvres de Rembrandt, l'épopée des Caprichos de Francisco de Goya, un paysage de Camille Pissarro et des centaines de dessins et de graphismes de Max Liebermann, Max Slevogts et Lovis Corinth sont des exemples de la richesse artistique de notre Kupferstichkabinett.

Afin de rendre ce trésor plus accessible à la science et au visiteur, nous travaillons actuellement au développement numérique de tout notre inventaire graphique. Chaque feuille est extraite individuellement de sa boîte d’archives, enregistrée statistiquement, examinée de manière conservatrice et photographiée numériquement. Parallèlement, les données des anciennes cartes d’inventaire des manuscrits seront recréées sous forme numérique. Dans une deuxième étape, les informations sur la plante et son image sont fusionnées dans une base de données. Sur la base ainsi créée, l'appréciation historique finale de l'art des œuvres d'art a lieu dans un catalogue ainsi que sur leur support de conservatoire.

Dans les petites expositions temporaires, nous présentons des feuilles sélectionnées et, sur demande, les visiteurs des œuvres soigneusement rangées dans des armoires sont présentés à des fins d'étude et de divertissement. La conservation décrite, le développement historique de l’art et un réarrangement des feuilles permettront au visiteur du Kupferstichkabinett de parcourir ses collections d’artistes, de paysages artistiques et d’époques.

projet de recherche sur la collection wallmoden

La collection d'art hanovrienne du comte impérial et fils illégitime du roi George II, Johann Ludwig Wallmoden-Gimborn (1736-1811), comptait jusqu'à sa dissolution dans une vente aux enchères de l'année 1818 au plus important du nord de l'Allemagne. Dans le contexte de la grande Niedersächsische Landesausstellung du 17. Mai jusqu'au 5. Octobre 2014 a dirigé le Landesmuseum Hannover environ 200, quelques années après leur dispersion en Europe et en Amérique du Nord, pour la première fois dans certaines parties de la Wallmoden Gallery, à Hanovre. Il a fourni un aperçu fascinant du système de collections féodal de l'Ancien Régime, à la veille de la construction des collections bourgeoises de Hanovre par Bernhard Hausmann ou August et Hermann Kestner, et relate ainsi un moment clé de l'histoire de l'art et de la culture de la Basse-Saxe. Dans le même temps, la Wallmoden-Galerie ne se limite pas à l’Allemagne grâce à sa dispersion liée aux enchères. Wallmoden, qui participa militairement à la défense - initialement vaine - des campagnes de l'armée révolutionnaire de Napoléon, fut informé dans son 1760er des décisions d'achat de John Joachim Winckelmann (1717 - 1768), le 1763 du pape Clément XIII. nommé surintendant des antiquités à Rome.

projet de recherche KENOM

Collecte coopérative de données d'objets numismatiques dans des collections de pièces de monnaie

KENOM concerne le développement conjoint d'une infrastructure pour une "armoire à monnaie virtuelle" - couvrant les pays et les types de collections. Les quatre piliers de la base de données illustrée et sur le Web à développer sont les modules de collecte des pièces, des médailles, du papier-monnaie et des pièces trouvées. Différents partenaires du Schleswig-Holstein, de la Basse-Saxe, de Thuringe et de Saxe-Anhalt coopèrent pour saisir et préparer les données de test pour différents domaines tels que l'Antiquité, le Moyen Âge, les temps modernes, la science des médailles, l'histoire du papier-monnaie et les fondements de la numismatique: l'université Cabinet Cabinet Göttingen de l'Institut d'archéologie Archéologie de l'État de Thuringe à Weimar, ancien cabinet de monnaie royal du Landesmuseum Hannover, cabinet de monnaie de l'État Saxe-Anhalt de la fondation Moritzburg à Halle / Saale et collection de billets de banque de la bibliothèque d'État du Schleswig-Holstein à Kiel. Diverses expériences antérieures de partenaires de coopération, notamment le Münzkabinett à Hanovre, la fondation Gitta Kastner de la commission numismatique des terres en République fédérale d’Allemagne, le catalogue de la commission numismatique et le siège du réseau du réseau de bibliothèques de Göttingen, avec la mise en réseau de bibliothèques et d’autres institutions culturelles (par exemple Portail Patrimoine Basse-Saxe). Un autre partenaire dans le développement est la Programmfabrik Berlin avec une application du logiciel easydb.

Le projet KENOM de DFG a pour objectif d’accroître de manière significative la présence numérique de collections de pièces de monnaie traitées de manière scientifique et de permettre le développement permanent de nombreuses autres collections en fournissant des outils appropriés. La vaste mise en réseau transfrontalière des collections du Schleswig-Holstein, de la Basse-Saxe et de Thuringe, ainsi que l'intégration de différents types de collections, garantiront un large éventail de possibilités de réutilisation. Dans le cadre du projet, une infrastructure sera développée et un flux de travail continu sera défini, ce qui permettra même aux petites institutions sans numismates qualifiés de fournir des informations d'inventaire en ligne sur la nouvelle plate-forme. Une fois terminé, le projet devrait permettre un accès pratique via une "armoire à monnaie virtuelle" aux fonds de magazines qui n'étaient auparavant disponibles que pour des spécialistes sélectionnés. Indépendamment de cela, une contribution à la numérisation de grands volumes de matériel sera apportée afin d'accroître la présence des collections allemandes tant au niveau national - notamment dans la future bibliothèque numérique allemande - qu'à l'international - dans l'Europeana. (Réseau de bibliothèques communes)